Les risques pour un travailleur intérimaire

Les risques pour un travailleur intérimaire

Quels sont les droits du travailleur intérimaire ?

Le travailleur intérimaire est un salarié de l’Entreprise de Travail Temporaire (ETT). C’est d’elle dont il dépend et qui le rémunère. Néanmoins, placé sous la direction de l’Entreprise Utilisatrice (EU), il effectue pour elle une mission à durée déterminée.

  • À quels types de dangers ces collaborateurs doivent-ils faire face ?
  • Comment l’employeur peut-il se prémunir face à ces risques ?

Des tâches pénibles

En nette progression dans tous les secteurs d’activité, le travail intérimaire est apprécié des entreprises. Pour des raisons économiques, il est souvent utilisé afin de réaliser des tâches fatigantes, voire dangereuses. Les troubles musculo-squelettiques apparaissent et font naître des douleurs au dos, au cou, et aux membres supérieurs. Muscles, articulations, nerfs et tendons souffrent et l’on voit survenir des lombalgies, des cervicalgies ou encore des épicondylites (coude). Dans le cadre de ces missions, il s’agit majoritairement d’emplois sous-qualifiés. Une inadéquation entre les compétences et le poste occupé expose davantage le personnel aux risques psychosociaux. Fatigue, irritabilité et nervosité se manifestent alors, et sont parfois difficiles à vivre.

Des emplois précaires

Cette situation n’est pas sans danger pour les agents, qui doivent faire face à une grande instabilité professionnelle. La multiplication des emplois de courtes durées les pousse à s’éparpiller, et à parfois manquer de concentration. Cumulés à des tâches souvent répétitives, ces cas de figure induisent plus de stress et d’angoisse. Il n’est pas rare de trouver des salariés épuisés, à la fois psychologiquement et physiquement. Ainsi, les cas de burn-out sont fréquents, et l’entreprise utilisatrice doit redoubler de vigilance.

Environnement inconnu pour le travailleur intérimaire

Le travailleur intérimaire se trouve principalement dans des conditions professionnelles qu’il ne connait pas. Nouveaux collaborateurs, sites inconnus, missions inédites rythment alors ses journées, le rendant davantage exposé. Les accidents, plus nombreux surviennent à cause d’un manque d’information ou de formation à l’arrivée. Maîtrisant mal son nouvel environnement, l’individu encourt alors le danger d’être exposé aux agents chimiques ou aux chutes de plain-pied.

La protection du travailleur intérimaire

En effet, chaque nouveau site industriel comporte un certain nombre de risques spécifiques avec lesquels le personnel fixe est familiarisé. En intervenant pour la première fois, l’intérimaire possède très peu de temps pour découvrir son poste de travail. Il doit dès lors être directement productif, dans le but de ne pas être mal considéré par son employeur. Car effectivement, ce dernier considère souvent cette catégorie d’agents comme étant interchangeable.

 

Une seule solution : les moyens de prévention pour les travailleurs intérimaires

Avant qu’il ne prenne son poste, l’entreprise de travail temporaire doit clairement informer le salarié des actions qu’il va effectuer. Elle doit définir avec lui l’envergure de ses tâches et s’assurer de la bonne adéquation avec ses compétences. Pour s’en assurer, elle prendra en considération son type de qualification et ses expériences passées. À son arrivée, le travailleur intérimaire reçoit toutes les informations et les consignes de sécurité. L’employeur doit informer sur le port des EPI, les travaux interdits et les spécificités du matériel à utiliser. Les caractéristiques du poste font l’objet d’un contrat de travail entre l’EU et le collaborateur. Enfin, la réalisation d’un bilan de fin de mission présente de nombreux avantages pour les deux parties. Il permet de mieux connaître les particularités du poste et de repérer les problèmes éventuels.

Ce qu’il faut retenir à propos du travailleur intérimaire

Plus exposé aux risques, il existe pour le travailleur intérimaire des dangers à tous les niveaux. Accidents, troubles psychosociaux et burn-out peuvent naître de ces situations précaires. L’entreprise ne doit jamais manquer à son devoir d’information, dès l’arrivée des salariés. Elle peut également établir une liste des postes risqués ; et indiquer dans le DUERP les mesures spécifiques aux agents temporaires.

Ces outils peuvent vous intéresser
La prévention des risques routiers est indispensable

La prévention des risques routiers

04/03/2019

Les risques routiers frappent en particuliers les salariés mobiles et itinérants. L'employeur doit de facto apporter des solu...

Lire la suite
Comment accompagner le travail de nuit ?

Accompagner le travail de nuit

16/04/2019

Le travail de nuit fait partie des facteurs de risques professionnels pouvant altérer la santé des salariés. Il existe de so...

Lire la suite

tristique ut amet, massa dolor. tempus commodo elit. fringilla