Le blog

Comment ne pas déprimer pendant le confinement ?

Comment ne pas déprimer pendant le confinement ?

OFFERT : notre bulletin d’actualité ID Prévention – Hors-série n° 10 | AVRIL 2020 (en téléchargement).

Pour lutter contre les effets délétères du confinement, plusieurs solutions existent. De nombreux Français se sont ingéniés à trouver des remèdes. Dans quel but ? Pour ne pas trop ruminer durant cette période compliquée. Bien que le mot d’ordre soit d’éviter tout contact physique, rien n’interdit de recourir aux outils numériques. Preuve en est de l’usage des « live vidéo » tant pour se divertir que pour passer un moment entre amis. La naissance de l’apéro-live comme nouvelle tendance du moment l’incarne parfaitement. Le confinement développe le génie qui sommeille parfois en chacun de nous.

Conseil de l’auteur

Pour ne pas déprimer, il faut donc garder l’esprit ouvert et demeurer positif le plus possible.

Profitez du confinement pour vous relaxer

La relaxation et la méditation sont des pratiques connues pour lutter contre le stress. Ce n’est plus un secret : la relaxation aide à préserver le capital santé des personnes. La méditation quant à elle intervient sur l’esprit. Les deux techniques combinées fonctionnent alors comme un cocktail au service de votre moral. Le but étant de vous aider à vous détendre et à chasser les idées noires. En cette période, il est essentiel de lâcher prise. Le confinement ne doit surtout pas rimer avec déprime. L’évasion du « corps » n’étant pas physiquement possible, il faut se rabattre sur celle de l’esprit (de la pensée). Rien de mieux que de faire une séance de 20 à 30 minutes, chaque jour.

L’objectif :

Évacuer au mieux toutes les tensions tant physiques qu’émotionnelles et vous remobiliser psychiquement.

Le recours à des thérapies douces

Se confiner par nécessité et la peur de la contagion peuvent nourrir de l’anxiété. Il faut donc tout faire pour éviter de sombrer. Je vous propose un éventail de thérapies accessibles de chez soi.

La luminothérapie

En période de confinement, la luminothérapie semble s’inscrire comme un allié pour ne pas somatiser. Il faut toutefois s’équiper en conséquence du matériel nécessaire. De nombreuses enseignes comme Darty ou Nature & Découvertes le proposent. Si vous n’avez pas la possibilité de vous équiper, ce n’est pas grave. La luminothérapie consiste en la reproduction de la lumière du soleil. Les bienfaits du soleil ne sont plus à prouver. Par conséquent, profitez des rayons naturels du soleil pour sortir dans votre jardin ou sur votre balcon. Prendre un bain de soleil pendant au moins 15 minutes et au calme aide à lutter contre la déprime.

La musicothérapie

Cette thérapie allie la musique dans une démarche de soins. Ordinairement, c’est un médiateur technique et musical (sonore) entre le thérapeute et le patient. Faute de pouvoir consulter de nos jours, un musicothérapeute, je vous propose de vous nourrir du principe. Cette thérapie se fait au calme avec des musiques téléchargeables sur Deezer notamment. Elle vise à renforcer sa paix intérieure et l’estime de soi. Des playlists sont accessibles via différents utilisateurs de la plateforme. Les musiques sont généralement d’inspiration chinoise ou celte. Il faut dans tous les cas, opter pour des sons relaxants, apaisants. Une séance de 30 minutes tous les soirs aide à se recentrer.

La ronronthérapie

Ça peut paraître risible ou folklorique, mais la ronronthérapie, c’est bien sérieux. Il est prouvé que le ronronnement des chats apaise les personnes en proie au stress. Il faut évidemment avoir un chat ! Pour les plus sceptiques, ce temps consacré à votre chat reste vertueux. Il vous offrira tout de même un répit pour ne pas vous enfermer dans vos pensées les plus sombres. En s’occupant d’un animal, on évite de rester en boucle en se décentrant quelques instants.

Soutien psychologique en ligne

Pour les personnes qui se sentent vraiment mal, peut-être serait-il temps de vous tourner vers un psy. Faute de pouvoir en consulter un physiquement, il existe une alternative. La plateforme « Instahelp » vous propose pour 49 € de consulter un psychologue en ligne. Pour vous aider à le choisir, vous pouvez répondre à quelques questions particulières. La séance se déroule au choix par téléphone, via un tchat, une webcam… La consultation dure 40 minutes. Tout est confidentiel et possiblement anonymisé. Cette aide ponctuelle ne remplace pas la démarche habituelle, mais le temps du confinement, cela peut amplement suffire.

Faites du sport durant le confinement

Pour éviter de subir l’isolement et la sédentarité à outrance, rien de mieux que le sport. Comment ? Il existe des applications en ligne pour vous accompagner. Il faut donc commencer par en choisir une. Le mieux est de travailler votre cardio. Par conséquent, on vous conseille Nike Training Club. L’offre est abondante pour travailler vos abdominaux, vos bras, vos épaules, vos fessiers et vos jambes. Les séances durent entre 15 et 45 minutes pour tous niveaux. Il est important de trouver chaussure à votre pied. N’oubliez pas de faire des exercices d’échauffement et d’étirement pour préparer vos séances. Pour obtenir des résultats significatifs, il faut envisager de faire 2 à 4 séances par semaine.

Sport et nutrition équilibrée

Le sport nous enseigne également la nécessité de bien s’hydrater et de correctement s’alimenter. Il faut donc écarter tout produit superflu de votre alimentation. Bien manger suppose pour éviter tout embonpoint fâcheux, de ne pas grignoter pour compenser l’ennui. Par ailleurs, il faut revoir vos doses ! Petite astuce : réduire la taille de l’assiette, permet de naturellement réduire celle de vos portions. Il faut également répartir vos calories sur la journée. L’application mobile Revive vous aide à adopter de bonnes habitudes alimentaires. Son approche est différente de ces applications obnubilées par les calories. Ici, le but est de comprendre l’impact des aliments sur son corps et sur son poids.

Les jeux de société, les divertissements…

Bien entendu, le confinement peut nourrir une envie vorace de jeux de société. Préférez dans ce cas, des jeux à faire en famille. À défaut, pour des jeux en ligne avec de vrais joueurs. L’objectif : éviter à tout prix de s’isoler en s’enfermant dans sa bulle. Pour les divertissements, au choix : la télévision, la musique, le cinéma à la maison… Il faut en revanche limiter le temps que vous y consacrerez.

Pourquoi ne pas tenir un journal intime ?

Il n’y a pas d’âge pour faire part de ce que l’on ressent, de son expérience de la vie. Dites à votre journal la manière dont vous vivez le confinement. Laissez parler vos émotions, vos doutes, vos craintes. Le journal ne vous jugera pas. Vous avez le droit d’avoir peur de cette épidémie et de ses conséquences sur vous ou sur vos proches. Cette part de vous qu’il faut conserver pour vous (principe du journal intime), vous aidera à prendre de la hauteur. Dans ces moments-ci, il faut apprendre à relativiser.

Évolution du coronavirus depuis le confinement

Le virus est réputé pour être très vite transmissible. Aussi, bien que le confinement entre en 3ème semaine, le nombre de cas ne cesse d’augmenter en France comme dans d’autres pays. Les autorités sont sur le pont et promettent de contenir la maladie au mieux. Le taux de mortalité reste inquiétant. Le temps d’incubation du virus semble plus ou moins long selon les cas.

Pour tenter d’enrayer l’épidémie, le gouvernement multiplie les annonces et les initiatives :

  • achat massif de masques (équipement de protection) ;
  • production intensifiée de gel hydroalcoolique ;
  • multiplication de lits pour la réanimation ;
  • répartition des malades pour les cas les plus graves…

Pour l’heure, la transmission du virus ne semble pas faiblir. La riposte à l’épidémie pour le Ministère de la Santé s’inscrit surtout dans la prolongation du confinement. Cette mesure apparaît comme la plus pertinente pour limiter toute nouvelle contamination et toute accélération de la propagation.

Les entreprises doivent prévenir des risques

Du côté des travailleurs pour les métiers indispensables pour le fonctionnement du pays, les employeurs doivent prendre des mesures importantes. La prévention des risques professionnels implique notamment l’actualisation du document unique. Le but est d’éviter toutes les situations de travail qui peuvent se révéler dangereuses. Les employeurs doivent limiter au mieux le risque infectieux. Par conséquent, dès les premiers symptômes de la maladie, il faut immédiatement écarter le salarié des autres.

Vous savez tout pour ne déprimer en cette période

Pour les salariés en chômage partiel, les secrets pour ne pas déprimer :

  • apprendre à vous relaxer, lâcher prise ;
  • faire du sport très régulièrement ;
  • vous divertir en multipliant les propositions ;
  • rester connecter aux autres le plus possible ;
  • faire un travail personnel avec un thérapeute au besoin ;
  • tenir un journal intime ;
  • modifier votre alimentation et gérer au mieux votre sommeil…

Risque du télétravail pendant le confinement

Pour les télétravailleurs, il faut en plus vous ménager pour ne pas vous laisser submerger par le stress.

OFFERT : notre bulletin d’actualité ID Prévention – Hors-série n° 10 | AVRIL 2020 (en téléchargement).

Partager sur :

Auteur de l'article

FABRICE ALLEGOET

Fabrice ALLEGOET est un formateur en droit du travail. Il est formé et rompu aux formations SSCT. Il a formé des dizaines d'apprenants et dispose d'une expérience particulière dans les domaines des risques psychosociaux et des pathologies psychiques. Il est aussi coach en développement personnel depuis 2015.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent vous intéresser

Comment insulfler une vraie qualité de vie au travail ?

23/08/2019 Qualité de vie au travail

La qualité de vie au travail (QVT) repose sur des choix. Les employeurs peuvent rivaliser d'idées pour offrir aux salariés, ...

Lire la suite

L'importance du document unique pour les entreprises

07/08/2019 Qualité de vie au travail

Le document unique d'évaluation des risques professionnels (DUERP) est obligatoire. Ce registre recense les risques auxquels p...

Lire la suite
Découvrir l'ensemble de nos articles

Praesent Curabitur neque. accumsan non eleifend id at quis, sit