Le blog

Comment insulfler une vraie qualité de vie au travail ?

qualité de vie au travail

Comment insuffler une vraie qualité de vie au travail ? Face aux défis auxquels se confrontent les salariés, la qualité de vie au travail fait partie des préoccupations actuelles. La prise en compte des conditions de travail constitue un préalable. Il en est tout autant du développement de méthodes innovantes ou de la formation des travailleurs. Ces ingrédients trouvent évidemment une place dans la démarche de QVT, mais pas seulement.

La qualité de vie au travail, qu’est-ce que c’est ?

Réinvestir la question du bien-être au travail, sans oublier les performances de l’entreprise, c’est l’ambition de la qualité de vie au travail. La QVT s’apprécie comme un ensemble d’actions qui permettent d’améliorer les conditions de travail et la rentabilité de l’entreprise. Pour cela, la QVT s’appuie sur le dialogue social (négociations avec accord unique). Le recours au dialogue professionnel (formation des managers aux questions du travail, forums de discussion) se justifie également.

La qualité de vie au travail, étroitement familier du concept de bien-être au travail, est donc régi par 6 grands facteurs :

  • les relations sociales au travail ;
  • le contenu du travail ;
  • l’environnement physique de travail ;
  • l’organisation du travail ;
  • le développement professionnel ;
  • et la conciliation avec la vie privée.

Les entreprises enclines à vouloir développer le confort des salariés permettent la mise en place de ces actions d’amélioration. Aujourd’hui, la qualité de vie au travail est devenue presque plus importante que le salaire. La capacité des salariés à s’exprimer et à agir sur le contenu de leur travail est le pilier fondamental de la QVT.

Par contenu du travail, on entend :

  • l’autonomie des travailleurs ;
  • la valeur du travail accompli (sentiment d’utilité) ;
  • la mobilisation des compétences ;
  • l’enrichissement professionnel ;
  • et le sentiment de responsabilité.

Est-ce possible d’améliorer le travail des salariés ?

Sans doute promouvoir la qualité de vie au travail requiert de la détermination. Toutefois, il est possible de prévenir les risques, responsable du mal-être au travail. Faces aux risques tel que l’épuisement professionnel, des mesures nécessaires s’imposent. Les déterminants organisationnels d’une entreprise sont souvent la cause de la souffrance au travail. Les plus connus s’inscrivent dans la charge de travail et des espaces de travail inadaptés. Les partenaires sociaux et le management peuvent s’accorder sur l’amélioration de la qualité du travail. Tous les postes de travail sont visés en général. Il faut prioritairement s’attaquer aux facteurs de stress, responsables d’innombrables risques psychosociaux. C’est une façon d’améliorer aisément la vie professionnelle.

Quels sont les enjeux des conditions de vie au travail ?

Si la condition de vie au travail est devenue aussi importante dans notre quotidien professionnel, c’est avant tout pour aborder des enjeux de différents types : sociétaux, du travail et du marché.

Les enjeux sociaux

Ce sont ceux qui ont trait aux caractéristiques des travailleurs. Le but est d’adapter les conditions de vie au travail à la situation, aux aptitudes et aux croyances des salariés (handicap, âge, religion, éloignement du lieu d’activité, etc.). Des actions comme la charte de diversité et le télétravail renforcent le sentiment d’appartenance et favorisent le recrutement.

Les enjeux du travail

Ici, on parle avant tout de la place du salarié au cœur de l’activité. Comment perçoit-il son travail ? C’est au travers de réponses apportées autour de l’autonomie, le sens accordé au travail, le droit à l’erreur, le sentiment d’être utile ou la capacité à s’exprimer que la QVT prend forme. Un enjeu en rapport direct avec la santé au travail !

Les enjeux du marché

Directement influencés par l’environnement extérieur (clients, donneurs d’ordre, concurrence, évolution technologique, etc.), les enjeux du marché incitent à l’innovation (produits, services, process de production). Ils encouragent la formation des salariés, ou encore la mobilité professionnelle. Le but est de réduire le stress face au changement, et d’insuffler un sentiment de sécurité quant à l’incertitude professionnelle.

  • Aucun enjeu n’est plus important que l’autre. Il faut prendre le projet de qualité de vie au travail dans sa globalité !

La qualité de vie au travail n’est pas une question de confort

Chaque personne est différente. C’est pourquoi la qualité de vie au travail peut être perçue différemment en fonction des perceptions de chacun. Sur une chaine de production, l’appréhension des conditions de travail est propre à tout salarié. De même, un salarié qui habite loin de son lieu de travail percevra sa qualité de vie moins bonne que celle de son collègue, qui réside à quelques minutes seulement. La qualité de vie au travail, c’est avant tout une démarche qui consiste à combiner performance de l’entreprise et bien-être des salariés. Mais comment s’y prendre ?

Les démarches pour améliorer la QVT

Idéalement, la démarche peut se dérouler en 4 étapes, qui sont autant opportunités d’assimiler les composants de la qualité de vie au travail. Du cadrage au diagnostic, en passant par l’expérimentation et la pérennisation, améliorer la QVT est une stratégie ambitieuse qui ne s’improvise pas ! Dans un premier temps, on organise la démarche et on échange (avec le dirigeant, le responsable de production, le DRH ou encore le représentant du personnel) : « Qu’est-ce qu’on entend par QVT ? Pourquoi doit-on améliorer les conditions de vie au travail ? ».

Les réponses peuvent être variées, et même conduire à de futures aubaines pour l’entreprise.

Cela permet en outre, d’améliorer le taux d’absentéisme, de déployer de nouvelles technologies, de développer les marchés, de bien vivre son travail…

Dans un deuxième temps, un état des lieux, en concertation avec les équipes concernées, est nécessaire pour définir ce qui fonctionne, et ce qui pose problème dans la façon de travailler. Dès lors, l’implication des salariés est indispensable pour mener à bien cette démarche. Parler du travail pour l’améliorer, c’est l’ingrédient essentiel qui permettra de définir les pistes d’amélioration.

Dans un troisième temps, les solutions proposées pour répondre aux problématiques, détectées pendant l’état des lieux, doivent être testées, évaluées et ajustées. L’expérimentation est la clé de voûte de l’amélioration de la condition de vie au travail.

Enfin, la quatrième étape consiste à partager les différentes préoccupations et les possibilités d’ajustement autour de la première expérimentation. Une fois approuvée, on diffuse la nouvelle méthode à l’ensemble de l’entreprise. Elle peut ensuite mener un nouveau projet d’amélioration de QVT. Pas à pas, elle ajoutera une pierre à son édifice pour achever sa démarche globale de qualité de vie au travail.

Comment mener une expérimentation ?

Les changements sont beaucoup mieux vécus par les personnes concernées quand elles sont impliquées en amont du projet. Quand une entreprise décide de faciliter un projet de changement ou améliorer un processus, la phase d’expérimentation est indispensable. Véritable pilier de la démarche de la qualité de vie au travail, elle nécessite de s’accorder sur le projet soumis à l’expérience. Les salariés jouent un rôle majeur dans l’expérimentation de la démarche : ce sont eux qui testent et évaluent la méthode selon trois critères.

  • Économique : La production gagne-t-elle en efficacité ? La rentabilité est-elle optimisée ?
  • Technique : la production et la qualité des produits sont-elles améliorées ? Qu’en est-il du service au client ?
  • Conditions de travail : les salariés se sentent-ils mieux dans leur travail ? S’ouvrent-ils à de nouvelles perspectives d’évolution ? Les échanges sont-ils facilités ?

C’est en se posant les bonnes questions que les salariés peuvent proposer des recommandations. Ils peuvent aussi mettre en œuvre des solutions pour enrichir le projet. Tout l’intérêt de la QVT repose d’ailleurs sur ce principe d’intégration des salariés : donner du sens au travail et responsabiliser chaque personne.

La qualité de vie au travail représente une réelle préoccupation

Prendre en compte la condition de vie au travail des salariés est un facteur essentiel au bon fonctionnement d’une entreprise. Depuis la signature de l’ANI QVT en 2013, nombreuses sont les entreprises qui ont accompli des démarches QVT. Le développement de la qualité de vie au travail n’en est plus à ses balbutiements, et s’inscrit désormais dans de nombreux secteurs d’activité. Alors, comment motiver les entreprises encore réticentes à ce type de démarche ?

Partager sur :

Auteur de l'article

Alexandre Montenon

Alexandre est un passionné. Auteur de nombreux articles dans de nombreux domaines, il sait nous mettre en appétit. Professionnel dans l'âme, il nous éclaire en particulier sur ce qu'il faut savoir en matière de SSCT.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent vous intéresser

Les véritables causes du stress au travail

17/02/2019 Santé au travail

Le stress au travail peut se révéler très problématique. Il faut donc savoir le gérer. La plupart des salariés faute de l...

Lire la suite

Supporter au quotidien la pression au travail

02/08/2019 Qualité de vie au travail

La pression au travail génère des tensions psychologiques fortes chez les salariés exposés. Le stress chronique est respons...

Lire la suite
Découvrir l'ensemble de nos articles

et, venenatis consectetur mi, id, massa ut nec dapibus Donec eleifend